Monthly Archives: January 2012

La Pâtissière

L’ œil encore mi-clos, d’un pas peu sure je m’achemine dans le silence de la maison jusqu’à la cuisine que je découvre déjà en chantier… Mes sens s’ éveillent doucement lorsque je réalise que petite chérie a décide de faire un gâteau.

Je la trouve attablée avec la grande cuiller en bois dans la main droite, le bol coincé dans son bras gauche. Le mélange est presque fini, le thermostat du four est tourné sur 175 degrés. Elle a tout fait toute seule comme d’ habitude et m’a laissé dormir comme une bien-heureuse au pays des rêves.

En me lançant un large sourire de satisfaction en guise de salutation, elle descend de sa chaise pour enfourner ses 3 plateaux de mini-muffins. Elle a l’air de quelqu’un qui sait ce qu’elle fait.

Elle sait que je suis fière d’elle.

Elle rayonne.

Je n’ai plus qu’a nettoyer la cuisine en attendant la cuisson. C’est royal!!

Dans 30mns nous aurons un petit déjeuner maison,  tout chaud, pour commencer ce dimanche pluvieux et triste en apparence. Mais dans la maison, l’odeur du chocolat envahit petit a petit nos méninges. Les cœurs se réchauffent,  les sourires se dégèlent, la communication s’ouvre…

La maison s’éveille au fur et a mesure que l’odeur irrésistible  nous attire tous dans la cuisine devenue le point de ralliement autour de notre pâtissière en herbe.

Advertisements

How to burn water, new recipe: Steamed carbon flavored water

Ingredients:

Water, fresh raw vegetables

Utensils:

A saucepan (or two if you’re really hungry) and its colander.

Method:

Fill up the saucepan with water, put it to boil.

Then cut and prepare some beautiful veggies, pour them in a specially adapted colander and click it on top.

Walk away.

You see… that’s where you really have to be careful, because if you stay around, you might be tempted to check and then you’ll ruin my recipe. So, you really have to make sure you walk away.

And for a long enough time too… not just a quick one… go and start something else, in fact that is the key… lol

Only come back when someone else asks you if something is cooking. Then you just pretend you don’t know what they’re talking about. Wait a bit more for them to be more precise: “mum? Is there something burning?”

“Oh… huuuu… that’s right, I was cooking wasn’t I?”

Oups… I did it again!! lol

Three pairs of eyes leaning over: The saucepan’s bottom is all black and thick.

“But mum..? How come this is all burnt but you only had water in there?”

“Darling, well, that‘s how you really burn water!”

Little one is giggling: ” Yeah, that’s why the Polish people used to say you even burn water mum!! “

I hope you enjoy my collection of ruined pans! lol

‘gotta look at the bright side of life always,

who wouldn’t like a collection of burnt pans? lol

La frustration

Voila deux semaines que petite chérie s’ est casse l’orteil.  La pauvre.  Elle assiste a toutes les soirées sportives hebdomadaires et les compétitions régionales sans jamais pouvoir sauter ou courir… ;-(( .

On dirait un animal sauvage en laisse! Ça fait de la peine…

Je comprends tout a fait le désir qu’elle a d’oublier son pied et de simplement faire ce qui lui plaît: jouer, courir, sauter…

Bien qu’elle ne ressente pas les conséquences de cette cassure de l’os ni de l’ inflammation du tendon,  elle doit attendre que tout rentre a nouveau dans l’ordre avant de mettre de la pression dessus.

Ensuite seulement elle pourra tout lâcher a nouveau et s’ éclater comme elle aime le faire avec ses amies sur les terrains d’ athlétisme.

La frustration

Est une émotion

A contenir avec attention

et compassion.

Correctement exploitée

Elle contribue à la construction

De l individu emprisonne ;

Mais aussi a sa destruction

Si le moment est mal décerné.

Alors que le cœur est en peine

Car il ne peut briser ses chaînes,

La bouche doit refréner

Son besoin de se révolter.

L’attente imposée

Comme une graine en sachet,

Explose en intensité

aussitôt plantée.

Comme un lion en cage

Il ne faut pas bouger

Il faut rester sage pour mieux réparer.

Pleurer des torrents

N’a rien d’ embarrassant

Si l’eau écoulée

A lavé les pensées

Et panse les blessures

Qui jour après jour…

sorry,

ce n’est pas fini…

La Rentree D’ Anatole France

Aujourd’hui c’est la rentrée pour notre petite chérie. Le premier jour. C’est encore  l’été. Il fait 30 degrés a l’ombre et elle doit porter chaussettes montantes et chaussures de cuir fermées… C’est la règle… les uniformes…

Je me souviens avoir appris ce poème en CM2, et n’ai pas pu m’empêcher de le réciter ce matin au petit déjeuner, 30 ans plus tard…    ;-)

Devant l’air médusé des enfants, je me suis demandé si elles seraient encore capables de réciter leurs poèmes/récitations dans 30 ans… les méthodes du système scolaire ont tellement changées.

 

Je vais vous dire ce que me rappellent tous les ans,le ciel agité de l’automne,

les premiers dîners à la lampe et les feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent ;

je vais vous dire ce que je vois quand je traverse le Luxembourg dans les premiers jours d’octobre,

alors qu’il est un peu triste et plus beau que jamais ;

car c’est le temps où les feuilles tombent une à une sur les blanches épaules des statues.
Ce que je vois alors dans ce jardin, c’est un petit bonhomme qui, les mains dans les poches et sa gibecière au dos,

s’en va au collège en sautillant comme un moineau.

Ma pensée seule le voit ; car ce petit bonhomme est une ombre ; c’est l’ombre du moi que j’étais il y a vingt-cinq ans ; Vraiment, il m’intéresse, ce petit : quand il existait, je ne me souciais guère de lui ; mais, maintenant qu’il n’est plus, je l’aime bien.

Il valait mieux, en somme, que les autres moi que j’ai eus après avoir perdu celui-là. Il était bien étourdi; mais il n’était pas méchant, et je dois lui rendre cette justice qu’il ne m’a pas laissé un seul mauvais souvenir ; c’est un innocent que j’ai perdu : il est bien naturel que je le regrette ; il est bien naturel que je le voie en pensée et que mon esprit s’amuse à ranimer son souvenir.

Il y a vingt-cinq ans, à pareille époque, il traversait, avant huit heures, ce beau jardin pour aller en classe. Il avait le coeur un peu serré : c’était la rentrée.


Pourtant, il trottait, ses livres sur son dos, et sa toupie dans sa poche. L’idée de revoir ses camarades lui remettait de la joie au coeur. Il avait tant de choses à dire et à entendre! Ne lui fallait-il pas savoir si Laboriette avait chassé pour de bon dans la forêt de l’Aigle ? Ne lui fallait-il pas répondre qu’il avait, lui, monté à cheval dans les montagnes d’Auvergne ? Quand on fait une pareille chose, ce n’est pas pour la tenir cachée. Et puis c’est si bon de retrouver des camarades! Combien il lui tardait de revoir Fontanet, son ami, qui se moquait si gentiment de lui, Fontanet qui, pas plus gros qu’un rat et plus ingénieux qu’Ulysse, prenait partout la première place avec une grâce naturelle !

Il se sentait tout léger, à la pensée de revoir Fontanet.

C’est ainsi qu’il traversait le Luxembourg dans l’air frais du matin. Tout ce qu’il voyait alors, je le vois aujourd’hui.

C’est le même ciel et la même terre; les choses ont leur âme d’autrefois, leur âme qui m’égaye et m’attriste, et me trouble ; lui seul n’est plus.

 

C’est pourquoi, à mesure que je vieillis, je m’intéresse de plus en plus à la rentrée des classes.


             La rentrée des classes  d’   Anatole France

 

Dédié a ma plus vieille amie, Laurence.

Te souviens tu que nous l’avions apprise en CM2?

How to Burn Water

Many years back, when I was still young and beautiful (lol), I shared a house in England with a handful of sweet Polish people.  We each rented a room or a bed in a room. The bathrooms and the kitchen were the only two common rooms left. The smallest room left just enough space beside the single bed to walk in and out. The largest rooms that must have been living and dining rooms (before we all moved in) could accommodate 3 beds.

The Polish girls sharing my room had invited some french boys over night once. I remember not being very impressed about that!! We also had a really cool Aussie guy stay for a few months. He wrapped up a real dinner for us once and we all religiously sat a table in the biggest room to welcome this beautiful meal accordingly. No special occasion. Just out of kindness, he shared his wonderful flavoursome home cooked meal. We even dressed up for the occasion.

How funny, I haven’t thought about that for years… So anyway,  our meeting room, our eating room, our catching up room, our putting things straight room… was inevitably the kitchen.

Because I was largely outnumbered for the main part of my stay over there. Even though we did have  a french boy at the begining and a different one at the end, I still spent a good many months as the only non-Polish person. Anytime I’d walk in the kitchen and Polish words were flowing like crazy through the room,  sentences left in mid-air would be systematically finished in English.

Now, that’s inclusion and respect right? I loved Polish people right from the start but this was a bonus: a life time lesson.

So here we are people coming and going fro and to the kitchen, sitting, gulping a “meal” on the side of the table, chatting a bit, sharing a chair (for there were only 3 for the 9 or 10 of us!! lol).

My my… this kitchen was small, but oh, so convivial. The long and narrow shape wasn’t giving much choice for furniture displaying. You’d walk in to face the fridge in the corner. It held enough for whatever we were eating back then (somehow a balanced diet didn’t seem to be our priority back then!! lol). Then, the  gas cooker was one of these old white fan and  oven incorporated one, and 3rd in line was the forever looking for attention little white sink. On the opposite side of that long wall, the little table was stuck between a cupboard and the door.  A window between the two walls was providing us with a refreshing forever green garden view.

So now, how do you burn water?

Well, you put me in charge of the baptism of a brand new wok!

Let me explain:

The instructions said to oil the wok a bit and warm it up prior to its first use.  So far , so good… Sounds pretty easy hey…

Except that when it comes to me looking over food cocking we’re going for disaster! Kind of boring to watch this oil heat up. So I just walked off.  Just for a little while… that’s what it felt like anyway.

The next thing I hear is screaming!

I’ve found myself  quickly recalling my wok and rushing in the kitchen to find a huge flame taking source in my beautiful brand new wok and liking the top of the fan! Quite a flame that was!!! I grabbed the solid wooden handle and threw the inflamed liquid out the window, the flame flew with it!

The kitchen instantly regained calm.

No sound.

Just those stunned Polish eyes on me with question marks shining through them…

????

When they all rushed in the kitchen to witness some exiting memorable moment in one’s life, they basically saw me throw an inflamed liquid (looking like water) out the window.

From that moment on, anytime a new person would move in, I’d be introduced as “a terrible cook who even burns water”!

And that’s how I actually started to cook decent meals. Not because I took better care but because there was always a kind and generous soul looking after my pans when I had long deserted the kitchen for a much more interesting distraction!!!

Dziękujemy bardzo my friends…

Winter Beach Walk

“Yes, mum, I promise, we’ll use the scooters all the way.

Mummy… pleaaaaase….”

2kms later

The walk along the beach and back home is about 5kms…

It’s a freezing cold winter, the sun is slowly and beautifully loosing its power, I’m wrapped up in a feather coat and drinking in the peace. I don’t mind carrying the scooter any more.

This walk is offering soothingly mesmerising beauty.

 

Polenta aux lardons, tomates et oignons

 

Ingrédients (pour 4 bons mangeurs)

 

– 250gr de polenta (grains moyens)

– 2 tomates,

– 1,5l de lait,

– 150gr de lardons,

– 1 oignon,

– 100gr de fromage (vous pouvez faire un mélange par exemple: tomme de montagne et gruyère)

– 10gr de beurre.

– sel, poivre

méthode:

1. Dans une grande casserole, faites chauffer 1,5 litre de lait. Lorsque le lait est chaud ajoutez-y en pluie la polenta. Remuez énergiquement afin qu’aucun grumeau ne se forme. Il faudra remuer de manière régulière pendant toute la cuisson. La polenta se prête lorsque le lait sera absorbé et qu’elle aura une consistance de purée. Attention à partir d’un certain stade de la cuisson il faut remuer en continu, sinon la polenta attachera. De plus, le lait est absorbé très rapidement à la fin de la cuisson, et la polenta peut devenir très compacte.

2. Dans une poêle, faite revenir les oignons avec un peu d’huile d’olive. Une fois qu’ils commencent à roussir, ajoutez les lardons et faites les bien cuire.

3. Pendant ce temps, coupez vos tomates en petits quartiers et mettez les a cuire quelques minutes dans la poêle.

4. Coupez le fromage en dés.

5. Lorsque la polenta est prête ajoutez-y un bon morceau de beurre et le fromage. Mélangez bien. Ajoutez ensuite le mélange oignons/lardons/tomates. Salez, poivrez et servez directement car en refroidissant la polenta durcit.

Accompagner d’une salade verte ou d’une salade de tomate, pour rafraîchir un peu le tout.

Wild Rangers Encounters

http://www.wildrangers.com.au/Home

This slideshow requires JavaScript.

Caterpillar

 

Can we go back to being a caterpillar once we’ve been a butterfly?

Positive affirmations for children

I

Believe In Me

I Have Great Ideas

If I Think I Can I Can

I Am Proud To Be Different

The Truth Is Important To Me

I Choose To Make Today a Great Day

Mistakes Are Ok, They Help Me Learn

I Am Special, There Is No One Else Like Me

%d bloggers like this: