7 trucs pour arrêter de râler sur vos enfants

Un article de Christine @:

http://jarretederaler.com/2012/04/17/7-trucs-pour-arreter-de-raler-sur-vos-enfants/

En tant que parents nous avons tous nos moments de crise. On se retrouve à préparer le dîner, aider l’aîné avec ses devoirs et en même temps gérer le petit dernier qui pleure car il veut qu’on lui lise une histoire ” tout de suite”. Parfois, soyons francs, c’est vraiment dur dur de garder son calme !  Voici dans cet article les meilleurs conseils que j’ai pu recevoir et mettre en pratique pour ne pas péter les plombs dans ma carrière de maman débutante.

1.Respirer et parler tout bas

Le première chose à faire pour faire tomber la pression de la cocotte minute prête a exploser est de respirer ! Prenez 3 grandes respirations en inspirant par le nez et en expirant par la bouche. Cela vous permettra déjà de vous calmer un peu et aussi de montrer à vos enfants que vous êtes en train de gérer la pression que vous ressentez.

Ensuite si  mon enfant est agité, énervé et qu’il crie, je me mets à parler tout bas pour essayer de comprendre ce qui se passe. Si je crie moi aussi je ne fais qu’empirer les choses. Comme je parle assez bas ( pas trop non plus) mon enfant est obligé de se calmer pour pouvoir entendre ce que je dis.

J’ai vu une maîtresse ( dans l’école Steiner de mes enfants) faire cela dans une classe de 20 enfants et c’est magique.

2. M’asseoir par terre

Quand mon enfant m’énerve le plus. Quand je n’en peux plus, qu’il pousse mes limites et que je sens que je vais crier, j’applique un conseil qui m’a été donné par la directrice de la maternelle de mes enfants. Elle me disait ” quand tu a le plus envie de fuir ton enfant cela veut dire qu’il faut que tu le prennes dans tes bras”. Alors  je laisse tout tomber, je  m’assoie par terre ( à son niveau) et je  demande si il a envie d’un calin. Mon expérience est que au bout de 5 minutes tout  rentre dans l’ordre. Le réservoir affectif de mon enfant est rempli et il arrête de chercher à attirer mon attention. Je peux reprendre ce que j’étais en train de faire.

3. Allez faire une pause pipi ( même si vous n’en avez pas besoin)

Souvent dans les moments de crise on a tendance à” réagir” sous la pression et plutôt que d’être vraiment dans le choix de ce que on veut faire ” on explose”. On m’a conseillé, j’ai essayé et ça marche d’aller faire une pause pipi (ou de me retirer dans une autre pièce pour 2 minutes). Cela me demande suffisamment de temps pour prendre du recul et choisir qui je veux être et comment je veux gérer la situation. Souvent quand on crie on le fait surtout parce que on se retrouve face à nos propres peurs de ne pas être un bon parent. On est perdu, on doute sur notre éducation et du coup on réagit d’une manière disproportionnée.  Sortir de la pièce permet de prendre du recul, de se retrouver et de choisir comment on veut gérer la situation. Évidemment il faut vous assurer que l’enfant ou les enfants sont en sécurité avant de sortir de la pièce.

4. Chanter

Quand je sens que la pression monte et que nous approchons de la goutte qui va faire déborder le vase, j’ai plusieurs fois commencé à chanter ! En général les enfants sont surpris et cela me permet de me ventiler sans crier sur eux ( quand je cris je le regrette toujours)

5. Faire le miroir

Quand mon enfant tape du pied car il veut un bonbon ” tout de suite” ! et qu’il répète, répète, répète son envie en espérant que je cède, j’ai parfois envie de lui crier ” Arrête, tais toi, tu me casses les oreilles !”. Mais je sais que cela ne marchera pas (à moins que je ne le menace de violence mais ce n’est pas la manière dont je veux élever mes enfants). Je  choisis alors  parfois de jouer le miroir et je reflète son attitude pour lui montrer que je comprend et que je connecte avec sa frustration. Je tape du pied et je dis ” tu veux un bonbon tout de suite”,” Tu a vraiment envie d’un bonbon et ça t’énerve parce que maman te dit non” ” toi tu n’en a rien a faire que ce soit bientôt le dîner tu veux un bonbon tout de suite” ” les bonbons c’est trop bon et toi tu en veux un”.

Je remarque que rien que le fait de se sentir entendu satisfait une grande partie de son envie et il est alors plus près de lâcher prise. Parfois on va même jusqu’à manger des bonbons imaginaires. On invente les meilleurs bonbons de la terre !

6. S il pouvait il pourrait

Quand j’ai envie de crier sur mon enfant parce qu’ il ne range pas sa chambre ou ne pratique pas son piano. Je prend parfois du recul et je replace ma confiance en lui. Je me dis ” Si il pouvait il pourrait”. En général mon enfant a envie de me faire plaisir et de bien faire  alors qu’est-ce qui l’empêche de faire ce que je lui demande ? Peut-être que sa chambre est vraiment trop en bazar et il se sent complètement dépassé. Je peux alors trouver un accord pour que nous le fassions ensemble ( il range ce qui est par terre et je l’aide avec son bureau). Ou bien parfois aussi il ne fait pas parce que il n’a pas compris quelque chose ( il bloque sur un passage de sa partition de piano et il se décourage) ou bien il ne fait pas parce que selon lui il a déjà trop à faire et il ne peut pas tout faire. Je l’aide alors à organiser ses taches pour que tout soit faisable.

Quand mon enfant peut en général il  fait ce que je lui demande.

7.  Le test de la barrière

Quand mon enfant dépasse les limites dans son comportement. Qu’il me fasse une crise à la caisse du magasin pour que j’achète des chewing-gums  ou qu’il me défie avec un propos virulent,  je me souviens d’un conseil reçu de ma maman.  Les enfants ont besoin de se sentir en sécurité et de savoir qu’on est capable de poser un cadre solide autour d’eux pour les protéger de ce monde qu’ils ne maîtrisent pas. Un peu comme une barrière de balcon qui protège et empêche de tomber dans le vide. Régulièrement mon enfant va venir tester si la barrière est solide. A moi de lui prouver que c’est le cas. Si je crie et je m’énerve je créé l’effet inverse et provoque chez lui un sentiment d’angoisse et de peur. Donc je pose fermement la limite et je ne décroche pas de mon cadre. Il en a besoin pour être rassuré.

J’espère que ces 7 trucs vont vous aider. Je suis aussi certaine que vous avez vous aussi testé et trouvé des trucs qui marchent pour vivre plus sereinement votre parentalité ! S’il vous plaît utilisez ce blog pour les partager avec les lecteurs !

Si cet article vous a plus merci de le partager.

Love and Respect,

Christine
J’adore cette approche.
C’est aussi ce que j’essaie d’appliquer a la maison depuis des années. Cela prend forme. Il faut dire que la culture Française n’est pas très positive quand il s’agit d’ éducation!! Je vis en Australie et je dois dire que les gamines de 10ans ici savent déjà beaucoup mieux que moi comment s’ adresser a un enfant difficile. Cela semble inné. Je suis donc au bon endroit et malgré cela je rencontre de nombreuses difficultés. Donc voila, c’était juste un petit mot pour mes acolytes mères, soyez confiante, tout arrive a qui sait attendre, c’est sûrement plus difficile en France qu’ailleurs mais moi, je vous conseille de contaminer vos copines et votre mari et de rester dans cet environnement “safe” ou le moindre écart sera note par l’une ou l’autre de vos amies. L’environnement joue un rôle capital en matière d’éducation. Même si on est extrêmement motivée, “chasse le naturel il revient au galop” au moindre sursaut de stress chacun se retranche dans ce qu’il connaît: râler, crier, exprimer vivement son mécontentement d’ une manière ou d’une autre…. Alors isolez vous parmi un groupe de personne qui pensent comme vous et qui prennent ce sujet au sérieux. Mes enfants de 9 et 10 ans aujourd’hui ont été élevées dans un monde dénué de violence. La violence engendre la violence, elle n’enseigne rien d’ autre que la violence.J’ai du faire le ménage dans mes relations pour construire cet environnement. Aujourd’hui je regarde mes sacrifices et me félicite de mes décisions. Mes enfants sont ma plus grande réussite, mais cela a pris 10ans pour que je vois enfin le resultat.

En fait, il nous faut recalibrer notre façon de penser. C’est aussi simple que cela!!

Avec une dose d’ amour suffisante pour durer une vie entière pour nos enfants, tout est possible. Il faut juste garder l’amour en mémoire. Ou bien aller le repêcher au fond de notre cœur, se mettre un peu plus dans la peau de l’enfant, apprendre a le connaître mieux pour mieux interpréter correctement  ses actions ( ou non actions).  Respirer est le premier conseil. C’est le meilleur conseil qu’on ne m’ait jamais donne il y a 8ans:

-“Respire et observe, attend un peu, et tu verras ce qui va se passer”.

-“Tu veux dire qu’elle va faire ce qu’il faut? qu’elle sait?”

-“Non. Pas forcement.”

Je n’ai pas tout compris ce jour la, mais j’ai suivi le conseil en me disant que je ne risquais rien. Des années plus tard, je prend le temps de respirer sans même y penser. j’observe mon mari ou d’ autres personnes autour de moi avec compassion. Ils ne savent pas, on ne leur a pas enseigner, ils n ont pas appris… la vie est si dure pour eux car ils ne comprennent pas

Nous sommes la pour les guider mais jamais nous ne leur dirons qui être et comment être. Ça, c’est a eux de le trouver eux même. Je me suis attachée a ces règles du mieux que j’ai pu. Mais nous somme tous humains, me direz vous, et chacun a ses limites, il faut donc savoir accepter nos faiblesses pour pouvoir bouger en avant et construire l’exemple que nous voulons modeler pour nos enfants. J’ai trébuche souvent (surtout en période critique dans le cycle féminin !! lol) puis de moins en moins…

Soyez persistante et patientes, très patientes car la transition est looooongue. Un petit pas chaque jour est un énorme point de gagne. Si j’y suis arrive, vous pouvez le faire aussi.

Courage les filles!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: